Tennis argentin : Les folies de Guido Pella, petite biographie originale

Publié le : 02 mars 20239 mins de lecture

Guido Pella a surpris tout le monde avec sa campagne à Wimbledon, où il a été la révélation du tournoi en atteignant les quarts de finale. Sur le point d’avoir 30 ans, le joueur de tennis argentin vit le meilleur moment de sa carrière. Il a l’air ample, très confortable. Cela a été montré dans le programme « We Can Talk », où il a révélé son fanatisme pour Disney et a donné des détails sur sa demande en mariage avec Stephanie Demner . Et il a aussi laissé un aveu sévère sur sa carrière : « A 29 ans, je ne sais pas si j’aime le tennis. »

« Je ne sais pas si j’aime jouer au tennis. Même à 29 ans, je ne sais pas si c’est ce que j’aime faire. Je le fais parce que je le fais bien et parce que ça me permet de vivre de ça, alors imaginez-moi m’entraîner à 14 ans, seul à Buenos Aires, sans sentir que c’était mon truc », a confié le numéro 25 du classement ATP, lorsqu’il a passé en revue les débuts de sa carrière sportive.

Les mots de Pella ont rappelé la confession d’André Agassi dans sa biographie « Open »: « Je joue au tennis pour gagner ma vie, même si je déteste le tennis, je le déteste avec une passion sombre et secrète, et je l’ai toujours fait. »

Ets-ce que Guido Pella aime le tennis finalement ?

Le bahiense a donné les explications sur les raisons pour lesquelles il entretient une relation problématique avec le sport. « J’ai perdu des amis, j’ai perdu tout cet âge. Je ne sais pas ce que c’est de s’asseoir pour manger avec des amis ou si je suis avec un grand groupe de personnes, je me sens mal à l’aise », a déclaré l’homme de Bahia, qui a raconté comment étaient les jours où il s’entraînait à la ville de Buenos Aires, loin de sa famille.

« Je viens de Bahía Blanca, qui pour le tennis était nul. Nous étions une famille de la classe moyenne, mon père a été éboueur pendant un moment. Il ne restait plus rien et le tennis coûte très cher », a-t-il commencé . « J’ai vu que mes parents avaient commencé avec une voiture et mis de l’essence parce que ce n’était pas assez pour le voyage. C’est là qu’on a voyagé de Bahia à Mendoza, soit 1 200 kilomètres, et tous les 200 kilomètres on devait s’arrêter pour recharger réservoir d’essence. »

Jusqu’à l’âge de 14 ans, l’appel est venu qui a changé sa vie.

« Du jour au lendemain, ils m’ont dit que je devais aller à Buenos Aires, car un sponsor aimait la façon dont je jouais. Un dimanche soir, ma mère est allée me dire au revoir au terminal et je suis venu seul à la ville, pour une pension à Caballito. J’ai dit ‘Qu’est-ce que je fais ici ?’, les gens étaient hostiles, ils étaient tous téméraires. J’ai pleuré les trois premières semaines «  , raconte-t-il.

À découvrir également : Tennis argentin : Qui est Gabriela Sabatini et quels exploits a-t-elle accomplis ?

Guido Pella : son fanatisme pour Disney

L’éloignement et la souffrance ont marqué et façonné l’un de ses fanatismes : collectionner les poupées et les jeux vidéo. Mais sa grande passion en est une autre : voyager à Disney.

« Tout est lié. Enfant, je ne pouvais rien acheter du tout. Mon rêve était, quand je gagnais de l’argent, d’acheter les choses que j’aurais aimé avoir enfant », résume Pella, avant de développer ses fanatismes. par un.

« J’ai commencé par des vieux jeux vidéo : Family, Sega, Game Boy Color, console de 20 ou 25 ans. Et des jeux », raconte l’homme de Bahia.

« Et les poupées ? Êtes-vous aussi de ceux-là ? a demandé l’animateur de l’émission, Andy Kusnetzoff.

« C’est là que j’ai commencé à aller mieux. » Je suis fan de tout ce que vous pouvez imaginer : Star Wars, Harry Potter, Le Seigneur des Anneaux. J’ai toujours aimé avoir la meilleure qualité, alors j’ai commencé à acheter des poupées en ligne. Avez-vous vu qu’il y a des gens qui entrent sur Instagram ? J’entre dans une page pour voir des poupées.

Comme s’il s’agissait de Toy Story, sa maison est aussi celle de ces personnages. « Il y a des endroits qui sont inaccessibles parce que toutes les statues sont là. On les appelle des ‘statues’. Maintenant, je dois avoir 30, 35 bonnes statues Star Wars. Il doit y en avoir 15 de Disney, Minnie, Mickey, Pluto, Aladdin… « .

Les gens n’arrivent pas à croire le nombre de fois où je viens ici, mais comme je le dis toujours partout, c’est le seul endroit où mes problèmes et mes soucis disparaissent même pour une journée et pour moi, cela vaut plus que tout. J’aime Disney et toute la magie qu’il a et je suis heureux de le partager avec les gens que j’aime. Maintenant de retour au travail et concentrez-vous sur essayer de faire un bon ROLAND GARROS @disneylandparis

Immédiatement après, il a plongé dans son fandom pour Disney.

« Je suis un grand fan. Je suis allé dans les parcs entre 25 et 30 fois. Avec ma copine, en un an, nous y sommes allés 7 fois. Elle est fan aussi, si elle ne m’avait pas quitté », a déclaré Pella, qui est fiancé à Stéphanie Demner. « Avons-nous deux jours de repos en Europe ? Allons à Euro Disney ! Si Disney survit, c’est en partie grâce à moi. »

— C’est vrai que tu as plus envie de prendre une photo avec Mickey, ce que tu n’as jamais pu car il y a toujours beaucoup de monde,  que de gagner un Grand Chelem ? 

-Oui oui. Je l’associe aux défauts d’un bébé que j’ai eu. Je n’ai pas eu d’enfance…

Une demande en mariage à Paris

Parlant de sa passion pour Disney, Pella a rappelé comment il a proposé à sa petite amie en mai dernier.

« Le mariage n’a jamais été une priorité pour moi, mais j’ai réalisé qu’elle était la personne avec qui je voulais être », a-t-il déclaré à propos de sa relation avec Demner. Et cela a fait place à l’épisode d’amour.

« Quand je lui ai demandé, il n’a pas pu réagir. Nous étions dans le parc (Disneyland Paris). Il faisait froid, il avait caché la bague. Le feu d’artifice est à 22 heures, il dure 25 minutes », se souvient-il à propos de l’idéal moment. Mais il y avait quelques problèmes.

❤️ Alors que je pensais que tout était parfait entre nous, encore une fois tu m’as montré que ça pouvait être encore mieux. J’espère que je ne me réveillerai jamais de ce beau rêve qui vit la vie avec toi. Je t’aime plus chaque jour @guido_pella, ET OUI, JE SUIS D’ACCORD POUR UN MILLE ACCEPTE ❤️❤️❤️❤️❤️ NOUS SOMMES MARIÉS !!! 😍😍😍😍😍😍😍😍💍💍💍

« J’avais peur de lui dire. Et à un moment les gardes se mettent à jeter les gens dehors, la magie de Disney s’arrête. J’ai dit ‘C’est maintenant ou jamais’, j’avais prévu un voyage pour ça. A un moment je lui ai dit que je J’ai eu mal au pied. Je ne me suis pas agenouillé, j’avais honte. Je me suis assis là. J’ai sorti la bague et je lui ai demandé. Évidemment, il a dit oui. Et à ce moment-là, nous avons commencé à courir vers le château, parce que c’était un rêve. Le garde nous a fait courir, mais nous avons pu poster un selfie, le meilleur que nous ayons jamais pris, avec le château. »

La peur de voler et une formidable anecdote

L’autre sujet abordé par Pella est sa peur de voler. « Je déteste ça », a-t-il dit, avant de raconter une anecdote survenue une semaine après le crash du vol Air France de Rio de Janeiro à Paris .

« Vol de Buenos Aires à Paris, par Air France. L’avion commence à bouger de façon incroyable. Désespoir Les gens criaient. J’ai étreint mon coach en sueur : ‘Je ne veux pas mourir, je ne veux pas mourir.’ les turbulences passent, je me calme et le gamin qui était assis à côté de mon entraîneur commence à pleurer, il est devenu très mauvais », a déclaré Pella.

« Il était français et mon entraîneur, qui parle français, a commencé à lui demander ce qui n’allait pas. Le garçon a répondu : ‘Non, c’est que j’habite en Argentine et mon père est venu de Paris me rendre visite dans l’avion qui s’est écrasé. Je’ Je vais en France pour livrer les papiers, les restes’. »

« Très dur. C’est la pire chose que j’aie jamais vécue », a conclu le joueur de tennis de Bahia.

Plan du site